Aller au contenu principal

Panique général à Kingakati après la démission du magistrat Benoit Lwamba.

RDC🇨🇩PANIQUE GÉNÉRALE À KINGAKATI APRÈS LA DÉMISSION DU MAGISTRAT BENOÎT LWAMBA: La saga de la Cour constitutionnelle se poursuit à Kinshasa.

Le procès verbal actant la démission du président de cette institution, Benoît Lwamba, annoncée puis démentie par l’intéressé, a été envoyé lundi par son remplaçant ad interim, le juge Evariste-Prince Funga Molima Mwata.

LA KABILIE A PEUR DE CETTE DÉMISSION 😨 CAR FATSHI A TOUS LES SECRETS CACHÉS

Rappelons les faits: fin juin ou début juillet, une lettre de démission pour « convenance personnelle », datée du 27 juin et de Kinshasa, signée par le président de la Cour constitutionnelle, Benoît Lwamba Bindu, parvient à son institution.

Or, M. Lwamba, qui est en Belgique pour soins médicaux, Menacé de mort par le FCC, dément le 10 juillet la véracité de cette lettre, qui circule sur les réseaux sociaux depuis quelques jours.

En outre, un communiqué de son directeur de cabinet rappelle que le mandat du juge Lwamba court jusqu’en avril 2021.

Dimanche 12 juillet, une descente de l’ANR (Agence nationale de Renseignement) – qui dépend de la Présidence de la République – a lieu dans les locaux de la Cour constitutionnelle, y occasionnant quelques dégâts.(La Porte Cassée).

Quelques heures plus tard, l’avocat Théodore Ngoy Ilunga Wa Nsenga, qui se présente comme le « conseil habituel » de Benoît Lwamba, appelle, dans une note publique, le président Félix Tshisekedi, « magistrat suprême », à « assurer le respect de l’Etat de droit ».

Locaux inviolables

Me Ngoy rappelle que les locaux de la Cour consitutionnelle sont, de par la loi, « inviolables », tout comme ses « documents et les archives ».

Il ajoute que le directeur de cabinet du juge Lwamba et son remplaçant ad interim ont été invités par les agents de l’ANR à se présenter « aux bureaux de ce dernier », soit Benoît Lwamba, « sans raisons claires et valables ».

Et l’avocat de souligner que son client ayant démenti sa démission, « il devait être sursis à toute procédure tendant à son remplacement éventuel avant la fin de son mandat, jusqu’à la fin de ses soins et à son retour dans sa patrie ».

LlLundi, le remplaçant ad interim, le juge Evariste-Prince Funga Molima Mwata, a adressé une lettre au chef de l’Etat pour lui transmettre « le procès verbal par lequel les membres de la Cour constitutionnelle, réunis en assemblée plénière le 10 juillet 2020, on pris acte de la démission » de leur président. Soit le jour-même où M. Lwamba démentait avoir démissionné.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :