Aller au contenu principal

Jean-Marc Kabund porte une estocade aux FCC

A la veille d’une nouvelle rencontre prévue entre Joseph Kabila et son successeur Félix Tshisekedi, la tension règne entre les deux familles politiques. L’heure est de moins en moins aux bons sentiments. A Kingakati, on compte les victimes de la guerre politique qui s’accumulent au jour le jour, tandis qu’au Palais de la Nation, on cherche à établir un rapport de force favorable afin d’élargir le périmètre d’un pouvoir très réduit. Dans ce contexte, l’insaisissable président a.i. de l’UDPS a organisé une journée des martyrs de son parti. Et dans son discours prononcé le 05 août dernier, l’ancien Vice-Président de l’Assemblée Nationale n’a pas du tout été tendre vis-à-vis de son partenaire de la coalition CACH-FCC.
« Les tueries du 09 juillet sont bel et bien l’oeuvre de nos bourreaux d’hier qui sont contre l’instauration de l’Etat véritablement démocratiques ». On ne peut être plus clairs ! Les mots sonnent comme de véritables couperets. Qui sont les ennemis d’hier ? Pour la base militante de l’UDPS qui digère difficilement l’accord de partage de pouvoir qui caractérise la coalition CACH-FCC, Jean-Marc Kabund a identifié le mal qui ronge le pays. Les ennemis d’hier ne se sont pas transformés en amis fidèles. Le PPRD et sa mosaïque incarnent le blocage et l’obstacle au développement du pays ainsi qu’à la mise en oeuvre du programme du nouveau Président.
Le ton est donc bien à la rupture. « Nous n’avons pas oublié toutes les atrocités dont nous avons été sujets pendant ces deux dernières décennies. Nous n’avons pas oublié que plusieurs de nos combattants ont été purement et simplement massacrés » ajoute le président a.i. de l’UDPS dans un ton qui annonce la rupture. C’est donc bel et bien la fin de la période d’amnésie dont la haute direction du parti s’était faite la championne. A ce jour, toutes les enquêtes diligentées pour identifier les auteurs des massacres et des tueries, les poursuivre et les condamner n’ont pas commencé. Les Rossy Tshimanga, Thérèse Kapangala, Luc Nkulula et les nombreuses victimes de l’UDPS et des partis politiques, au rang desquels les partisans de Franck Diongo, n’ont pas encore trouvé le repos. Leurs assassins courent toujours alors qu’aujourd’hui que l’UDPS dispose de la plénitude du pouvoir. Le sang des innocents crient vengeance au ciel. Il est donc grand temps que l’action commence sur terre. Le retour à la mémoire du président de l’UDPS annonce probablement l’ouverture d’actions judiciaires.
Dans sa diatribe, l’ancien Vice-Président de l’Assemblée Nationale qui s’est fait défenestré sans ménagement du Bureau de la représentation nationale , affirme : « Nous n’avons pas oublié que les 19 et 20 septembre 2016, plusieurs dizaines de nos combattants avaient été tués pendant la journée et la nuit, notre siège plastiqué faisant un bilan de 7 morts tous calcinése ». L’évocation de ces jeunes gens sauvagement assassinés dans les installations du parti est une piqûre de rappel particulièrement douloureuse pour les familles des membres de l’UDPS. Certains jeunes gens ont été découpés et tués à la machette. Tous ont été brûlés vifs sous le portrait d’Etienne Tshisekedi. Depuis ces assassinats, les familles de ces jeunes fidèles aux Sphynx de Limete ont tout simplement été oubliées. Le tribut des partisans de l’UDPS à la démocratie est lourd, très lourd ! Mais, plus de 20 mois après la prise de pouvoir par Félix Tshisekedi, aucun signe ni marque de soutien ne leur a été envoyé par le nouveau Président de la République qui semble avoir rangé les martyrs de l’UDPS dans les tiroirs de l’oubli.
Une récente émission diffusée à Kinshasa a dévoilé le dénuement total dans lequel vivent les veuves et orphelins. Pour les Kinois, l’ingratitude des dirigeants de l’UDPS est d’autant plus intolérable que dans le même temps, une légion d’inconnus revendiquant leur appartenance au parti sont venus d’Europe pour truster toutes les fonctions à la Présidence, vivre dans l’opulence, se goberger dans les grands restaurants, voyager en jet privé, acheter des villas de luxe et limousines de grande marque, prendre maîtresse et revendiquer une fidélité sans borne au nouveau président.
L’évocation des martyrs de septembre 2016 ne suffisaient pas à satisfaire la soif de reconnaissance des militants de base de l’UDPS qui exigent que les auteurs des crimes soient punis et que réparations soient faites aux familles des victimes. Kabund l’a compris. C’est pourquoi, dans son discours, il ajoutait « Nous n’avons pas oublié les massacres de décembre 2017 où plusieurs de nos jeunes compatriotes et membres de la société civile avaient été lâchement abattus alors que ces derniers n’exigeaient que le départ d’un tyran qui ne voulait pas quitter le pouvoir ».
C’est donc opportunément que le président a.i. Jean-Marc Kabund profite de cette journée pour porter l’estocade contre les FCC en déclarant « Moise répondit au peuple : ne craignez rien, restez en place et regardez la délivrance que l’Eternel va vous accorder en ce jour, car les Egyptiens que vous voyez aujourd’hui, vous ne les verrez plus jamais ». La comparaison de Kabund qui identifie l’UDPS au peuple israélien retrouvant sa liberté a fait mouche dans le coeur des partisans de la fille aînée de l’Opposition qui, aujourd’hui, compose avec l’ennemi. Le message de Jean Marc Kabund est également adressé aux FCC. Aux yeux de l’ancien Vice-Président de l’Assemblée Nationale qui n’a toujours pas digéré l’humiliation subie au Parlement lors de son éviction, les FCC sont tout simplemnet condamnés à être engloutis dans les flots.
Le Président a.i. de l’UDPS n’a pas le triomphe modeste ! En réalité, en ce mois d’août, l’UDPS est requinqué. Depuis quelques semaines, le parti de Félix Tshisekedi accumule les points face aux FCC. Sous son air débonnaire et flegmatique, le nouveau président mène la vie dure à son prédécesseur. Avec ses conseillers Yezu Kitenge, le professeur constitutionnaliste Mbata et l’économiste Bilomba, le petit carré de fidèles dont le président s’est entouré depuis l’indisponibilité de Vital Kamerhe tient la dragée haute aux FCC. Au fil des semaines, la résistance du nouveau président s’est transformée en bataille rangée. L’appui de Washington et de Bruxelles n’est pas étrangère à l’attitude combative du nouveau locataire du Palais de la Nation.
La démission suivie de l’exfiltration en Belgique du Président de la Cour Constitutionnelle Benoît Lwamba, le remplacement dse deux juges rebelles de la Cour Constitutionnelle, l’éviction de John Numbi de l’armée, la démission du Vice-Premier Ministre Tunda, sont autant de victoires de Félix Tshisekedi sur l’ancien président qui compte les blessés de guerre. Si l’on y ajoute la fuite du responsabls de l’OGEFREM terré à Kinshasa pour éviter l’incarcération, la mise sous les verrous du patron du FONER, les menaces qui pèsent sur l’ancien Premier Ministre Matata Ponyo suspecté d’avoir détourné l’argent du projet agro-industriel de Bukanga Lonzo, les dossiers à charge d’Albert Yuma dans la gestion des contrats de la Gécamines, l’humiliation assumée par le Premier Ministre Ilunga Ilunkamba réduit à devenir spectateur des ordonnances présidentielles contresignées par son ministre de l’Intérieur, les FCC n’en mènent plus large. Loin s’en faut ! Le chasseur à la gâchette facile d’hier est bel et bien devenu un gibier peureux.
A mesure que le temps passe, l’UDPS devient chaque jour détenteur et porteur du vrai pouvoir. L’armée, la police, la justice, les services de sécurité basculent jour après jour dans les mains du nouveau pouvoir. N’en déplaisent aux postures affichées par les Nehemie, Boshab, Lumanu, Mende et consorts, les FCC ne sont bientôt plus que l’ombre d’eux-mêmes. Les messes noires se succèdent à GLM et à Kingakati sans aucune influence sur le cours des évènements. Le rejet de la candidature de Ronsard Malonda proposé par les chefs d’Eglises achetés par Joseph Kabila à la tête de la CENI a fini de convaincre les plus sceptiques que les temps ont changé. Il est déjà bien loin le temps où Joseph Kabila et sa troupe pensaient avoir trouvé en Félix Tshisekedi un allié docile dont la mission devait consister à chauffer la place en attendant le retour du Raïs. Exit la parousie ! Ceux parmi les FCC qui croyaient dans un second retour de leur chef déifié en sont réduits à raser les murs.
Quant au discours de Jean-Marc Kabund, il faut savoir le décrypter. Au cours des dernières semaines, près d’une dizaine de partisans de l’UDPS sont morts à Lubumbashi et à Kinshasa. Ces Congolais ont perdu la vie alors que la police, les services de sécurité sont entre les mains du pouvoir que détient l’UDPS. Le Président de l’UDPS devait donc dédouaner le Vice-Premier Ministre de l’Intérieur Gilbert Kankonde sensé être l’ordonnateur de la répression des manifestations.
Si les services et la police semblent sous contrôle, par contre, dans la hiérarchie militaire, il y reste dans la chaîne de commandement des généraux réfractaires chargés de commettre délibérément des bavures afin d’en faire porter la responsabilité au nouveau Président. Consigne ler a été donnée par les anciens tenants du pouvoir d’insérer dans les forces de l’ordre des militaires qui se substituent aux policiers. Ce sont des assassinats. A qui obéissent-ils ces généraux ? Assurément, ni à Kankonde, ni à Kasongo ! Le discours de Jean-Marc Kabund à ses partisans et aux wewas est clair. Les Egyptiens n’en ont plus pour longtemps. Le pharaon et son armée seront bientôt vaincus.
L’UDPS et Félix Tshisekedi ont décidé d’assumer leur pouvoir face aux FCC. Après avoir épousé pendant 20 mois la stratégie du petit rat qui, chaque nuit, lorsque vous êtes endormi vous ronge la plante des pieds en soufflant sur la morsure pour en atténuer la douleur afin de ne pas vous réveiller, l’UDPS a décidé d’affronter les FCC. Amputés de plusieurs phalanges du pied, ces derniers n’ont plus la capacité de rattraper leur allié qui dispose aujourd’hui de la bienveillance voire du soutien de la Communauté internationale.
La coalition, qui par nature est conflictuelle et agitée va-t-elle survivre à ce combat ? Rien n’est moins sûr. Mais déjà, les zones d’équilibre et les lignes de force se sont déplacées. La prochaine rencontre entre l’ancien et le nouveau Président ouvrira de ce feuilleton à rebondissements dont les Congolais appréhendent le dernier épisode.

4 Comments »

  1. Nous encourageons cet efort et la combativité sans faille de tout les combattant UDPS. Nous sommes une coordination de la société civile du congo à Lualaba Mupanja, secteur de Luilu. Nous avons bien plus des information à vous fournir et à fournir au président, mais son site ne pas accessible. Sinon, nous avons une information de détournement de fond publique que nous avons dénnoncé et mit à la disposition de la justice, mais la poursuite s’etteind à pétit feu. Le chef de secteur de Luilu et son Administrateur, le secrétaire et ex chef de secteur Masengo pour avoir beaucoup pillé.

    J'aime

  2. Tous ceux qui ont trahi Kabila, trahiront encore Felix. Nous demandons : 1 la mise en place des Responsables des entités décentralisées dans les provinces dites pilottes. 2 Mise en place des Responsables de sécurités et Renseignement dans les mêmes provinces. Sinon, ce que nous dénnonçons, sont étouffés. Nous avons beaucoup à vous informer. Contacter nous sur wathsapp pour les images de la plainte que nous avons dépposé au cour d’appel .

    J'aime

  3. Le cour d’appel de Kolwezi, a poursuivit voleurs, mais il y a eu de mains noires, pour empêcher celui-ci à bien faire son travail. 0808673021 c’est pour bien vous envoyer des images car nous utilisons de télephone simple.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :