Aller au contenu principal

Rebondissement dans l’affaire Pascal Beveraggi : Un faux attentat pour une vraie fuite en avant !

Criblé de dettes, traqué par le fisc, délaissé par ses anciens amis, celui qui fut le protégé des généraux de Joseph Kabila ne sait plus à quel saint se vouer pour échapper à sescréanciers et éviter la prison.


Pour Pascal Beveraggi, puisque c’est de lui dont il s’agit, tout commence par le vol de la société MCK dont il revendique la propriété sans avoir déboursé le moindre centime.

A l’époque, l’homme d’affaires corse connu pour ses démêlés avec le fisc français profite de la situation politique pour se faire des amitiés auprès de tenants de l’ancien régime et acheter
quelques fidélités dans la haute hiérarchie militaire congolaise.

Son objectif consiste à acquérir la protection des proches de l’ancien président congolais pour passer de son statut de salarié de MCK à celui de patron de la société en utilisant pour son soit-disant rachat les ressources dérobées à son ancien employeur.

Sitôt son forfait accompli avec la bienveillance de ses amis du moment, Pascal Beveraggi change le nom de la société, en récupère les contrats, liquide une partie du personnel sans payer aucun des décomptes finaux et procède à son dépeçage méthodique. En quelques mois, les actifs de MCK devenus NB Mining sont dilapidés.


Au bout d’une bataille juridique épique, une première décision de la Cour d’Appel de Paris est tombée déboutant Pascal Beveraggi de toute prétention sur la société. En dernier ressort, la justice française a pris un arrêt mettant définitivement un terme à l’aventure du plus congolais des Corses. Dans un combat d’arrière-garde, utilisant ses tout derniers réseaux congolais, Pascal Beveraggi retarde l’exéquatur du jugement.

De toute évidence,
l’homme d’affaires français est désormais confronté à l’obligation de faire ses valises et de
remettre la société à son propriétaire. Inéluctable fin annoncée d’un escroc de grand chemin!


Aujourd’hui, criblé de dettes, Pascal Beveraggi est contraint à inventer une fausse tentative d’attentat contre lui et son numéro deux pour mentir à l’opinion nationale et internationale
et distraire ses très nombreux créanciers.

En effet, l’homme est endetté jusqu’au cou ! Dans une conférence de presse, le Corse flanqué de son chargé de communication, Papy Tamba,
un des plus bruyants communicateurs de l’ancien président congolais, déclare être victime d’une tentative d’attentat à la bombe artisanale. Loufoque !

Les Congolais n’en sont pas
encore là ! Mais, quand on arrive comme Pascal Beveraggi au bout de la tromperie, à l’ultime frontière du filoutage, quand on se retrouve totalement mis à nu dans la malhonnêteté et qu’on est démasqué, on ne craint plus rien. Ni le grotesque, encore moins le ridicule !


Surtout que dans le registre du banditisme, l’ancien salarié de MCK en connaît un bout.
En réalité, Pascal Beveraggi est aujourd’hui un homme indexé dans le monde étroit des
affaires. L’ancien protégé du général Olenga doit de l’argent aux banques congolaises.


Beaucoup d’argent ! Ses encours s’élèveraient à plus de 50 millions de USD. En dehors des
banques, le sémillant Corse doit également de l’argent à de nombreux fournisseurs, à son personnel et au fisc congolais.

Partout, les ardoises de Pascal Beveraggi se sont accumulées.
Les promesses de paiement non tenues mettent en péril les fournisseurs qui ont fait confiance au Corse.

Même les petits commerces sont concernés. Des factures impayées font même état de livraisons d’huile moteur et de petites pièces de rechange.

Pour commettre ses forfaits, Pascal Beveraggi n’a pas hésité à recourir aux méthodes de la mafia corse en changeant de nom à plusieurs reprises. Des grosses sociétés comme Caterpillar ont également été les victimes du prédateur français.


Quant à l’Etat congolais, il se retrouve lui la principales victimes des agissements de Pascal
Beveraggi.

Ce dernier lui doit plus de 100 millions de dollars au titre de fraude sur la TVA.
Tirant profit de la protection des généraux et des proches de l’ancien Président, l’homme d’affaires a systématiquement redistribué à ses protecteurs l’argent la TVA qu’il aurait dû payer au Trésor.

En mettant en exergue la lutte contre la corruption, les détournements et
les exonérations abusives, le gouvernement congolais a dépêché à travers les pays les inspecteurs des finances qui ne vont pas tarder à mettre au grand jour les malversations
financières de Beveraggi.

Toutes les prestations effectuées sur base de contrats signés pour
lesquelles la TVA facturée n’a pas été acquittées sont autant de petits cailloux blancs sur le chemin qui mène les enquêteurs vers le criminel français.


Et loin de s’arrêter au fisc congolais, Pascal Beveraggi s’est inventé un faux divorce avec son épouse pour justifier de nombreux transferts sur un compte à Dubaï alimenté par les fonds
détournés à MCK par le bradage de ses actifs.

Cette supercherie de faux divorce vise à éviter l’attention du fisc français avec lequel le Corse a déjà eu maille à partir. En réalité, Pascal Beveraggi vit toujours avec sa femme.

Les millions volés à MCK ont bel et bien été transférés sur son compte à Dubai.
Petit à petit, la fuite en avant de Pascal Beveraggi prend fin. Inéluctablement, tous les dossiers à charge de l’expatrié corse conduise aux portes de la prison au Congo ou en France.

Finalement, des aventures de l’homme d’affaires indélicat, on retiendra la fameuse leçon qui tient du bon sens populaire et qui veut que « bien mal acquis ne profite jamais » !

Ce destin dont tout indique qu’il terminera derrière les barreaux est une leçon de vie pour tous ceux qui pensent faire fortune sur le dos des efforts et des sacrifices consentis par autrui.

Au bout de la route, les bandits doivent tôt ou tard rendre compte de leurs crimes.

Pour Pascal Beveraggi, quel que soit les mensonges sur de faux attentats, l’heure a déjà sonné!

Par Sébastien Bartos

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :