Aller au contenu principal

“Il reste 40 conseils des ministres”, la petite pique de Kabila à Tshisekedi qui fait polémique

Joseph Kabila est simplement phénoménal. Réputé taiseux, le fermier le plus célèbre de Kingakati a encore fait parler de lui. En visite surprise chez Léon Kengo, l’ancien président a lâché une phrase apparemment banale mais qui n’est pas passée inaperçue dans l’opinion.

“Il reste 40 conseils des ministres (…), en fait, un peu plus que ça”, a-t-il dit avec un brin d’humour alors qu’il recevait des mains de l’ancien président du Sénat, ses mémoires.

D’après une vidéo amateur de cette rencontre datée du 10 octobre et dont les images n’ont fuité que hier mercredi, Joseph Kabila réagissait à une blague lancée par un des membres de son équipe.

Tout commence avec Kengo qui demande la date pour signer un document à remettre à Joseph Kabila. “Aujourd’hui, c’est quelle date?”, demandait – il. “C’est le 10 octobre, le 10 – 10- 2020”, répond un collaborateur qui n’apparaît pas dans la vidéo avant d’embrayer. “Il reste 40 mois pour 2023, Président”.

Allusion sans doute faite à la durée de bail qui reste à Félix Tshisekedi. Et c’est là qu’intervient Joseph Kabila, ironisant sur le nombre de conseils des ministres qui se tiendront d’ici à 2023.

Une parabole qui en dit long

Le climat est détendu, les collaborateurs éclatent de rire, Kabila et Kengo décontractés, sortent et posent devant les objectifs de cameras avant de se séparer. Apriori, tout va bien et mission réussie pour un ancien président de la République qui rend une visite fraternelle à un autre ex – chef de corps, fragilisé depuis quelques mois par la maladie et le poids de l’âge.

Mais c’était sans compter avec la réaction des internautes qui ont pris le temps d’analyser minutieusement la vidéo. Selon plusieurs observateurs, la métaphore de Kabila exprime sans le dire ouvertement l’impatience qu’il a de rompre son mariage avec Tshisekedi et passer à autre chose.

Dans l’entourage de l’ancien président, on digère mal des actes de “provocation” du nouveau président qui cherche à défier son allié. En ce moment sur la table, plusieurs sujets divisent les deux camps dont l’épineuse question de la cour constitutionnelle ou la refonte de la commission électorale. Chaque partie campe sur sa position ne laissant qu’une très petite marge de manœuvre pour le consensus qui peine d’ailleurs à être trouvé.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :