Aller au contenu principal

Dissolution de l’AN : Diongo suggère la formation d’un gouvernement des secrétaires généraux

Le leader du Mouvement Lumumbiste Progressiste (MLP), Franck Diongo a donné sa position sur la crise interinstitutionnelle que traverse le pays, ainsi que ses deux propositions pour la résoudre.

Au cours d’un point de presse tenu jeudi 22 octobre 2020 au siège de son parti à Kinshasa, Franck Diongo a tranché. Selon lui, les deux voies pour sortir de l’impasse née de la désobéissance récurrente du premier ministre et des présidents de deux chambres du Parlement vis-à-vis du président de la République, sont la dissolution de l’Assemblée nationale et la démission du premier ministre.

« Puisqu’il n’y a plus collaboration entre le chef de l’État et le Parlement, puisque le premier ministre désobéit continuellement au président de la République (cas de l’ordonnance de la Gécamines, des ordonnances contresignées légalement par son intérimaire et le refus d’assister à la cérémonie de prestation de serment des trois juges de la Cour constitutionnelle), puisqu’il y a crise, blocage et rupture de confiance, je demande au chef de l’État d’aller jusqu’au bout pour déboulonner la dictature du camp Kabila. Le gouvernement est indélicat, le président de la République doit demander au premier ministre de démissionner. Nous proposons au chef de l’État de prendre une ordonnance pour dissoudre l’Assemblée nationale », a-t-il suggéré en ajoutant que les nouvelles consultations sont inopportunes, dans la mesure où les intentions des uns et des autres sont clairement connues.

Dans la même optique, Franck Diongo invite Félix Tshisekedi à faire tomber ce gouvernement de coalition qui lui désobéit à tout moment, afin de nommer un informateur chargé d’identifier une nouvelle majorité.

En outre, le chercheur en droit a rappelé qu’en cas de la dissolution de l’Assemblée nationale, les députés nationaux ne vont plus siéger au regard du droit parlementaire.

« L’Assemblée nationale dissoute ne peut pas se réunir. Il s’agit là de l’interruption du mandat », a-t-il éclairé.

Quant à la manière dont il va falloir gérer le pays dans le contexte où l’Assemblée nationale est dissoute et le premier ministre a démissionné, Diongo propose au chef de l’État de former un gouvernement des secrétaires généraux, dont le doyen d’entre eux assumera la fonction de coordonnateur de l’action gouvernementale jusqu’à l’organisation des élections.

Pour appuyer sa thèse, le président national du MLP a mentionné qu’il existe déjà une jurisprudence en la matière. En 1993, le président honoraire Joseph-Désiré Mobutu avait procédé à la formation d’un gouvernement dirigé par les chefs des administrations, a-t-il rappelé.

Toujours en rapport avec la dissolution de l’Assemblée nationale, le combattant de la liberté suggère que l’organisation des élections législatives soit confiée au ministère de l’Intérieur avec l’appui de la communauté internationale, afin de respecter le délai de 60 jours que prescrit la constitution.

Kabila est l’unique ennemi de la RDC

Franck Diongo a saisi cette occasion pour inviter le peuple congolais à se mobiliser pour accompagner Félix Tshisekedi à en finir avec Kabila et le FCC qui, selon ses propos, sont à la base de tous les blocages.

« Le Congo n’a qu’un seul ennemi, c’est Kabila et le FCC, son instrument. Le FCC bloque tout : la désignation des animateurs de la la CENI, la justice…le chef de l’État est en insécurité suite au blocage du FCC. Tous les coups sont permis au FCC, même la rébellion après avoir échoué sur toutes les voies légales », a-t-il prévenu.

Diongo plaide pour la dépolitisation des entreprises publiques

Aussi le leader du MLP a-t-il proposé d’écarter de la gestion des entreprises publiques tous les politiciens pour éviter le blocage et préparer son bilan à la fin du quinquennat. Pour ce faire, le président du MLP demande au chef de l’État de révoquer les mandataires publics non technocrates, en vue d’y nommer les fils maisons compétents et expérimentés ayant le grade de directeur.

En liminaire, Franck Diongo a exprimé sa gratitude au président Tshisekedi pour la réussite de la manifestation de prestation de serment et sa détermination affichée à mener le pays à bon port. Il s’est également félicité de la mobilisation du peuple autour de cet événement.

Sur ce même chapitre, il a remercié tous les partis politiques de l’opposition qui ont envoyé leurs députés et sénateurs « relevant de l’autorité de Jean-Pierre Bemba, Moïse Katumbi et Bahati Lukwebo ».

Franck Diongo a salué aussi le patriotisme de quelques députés FCC et du ministre Pius Muabilu qui ont eu le courage de participer de manière républicaine, à la cérémonie de prestation de serment, de même que Samy Badibanga, le seul membre du Bureau du Sénat présent à cette manifestation.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :