Aller au contenu principal

Que peut il faire aujourd’hui face à l’impasse dans laquelle la situation politique et la crise qui en est suivi semble drainer toute la nation…?

  1. Avant de dissoudre le parlement,le président doit consulter les présidents des 2 chambres du parlement (Fcc), et son ordonnance doit être contresignée par le premier ministre qui est de la majorité Fcc, ce qui implique le principe de dualité,si cette ordonnance n’est pas contresignée par le premier ministre, elle n’aura aucune valeur juridique..
  2. Le président n’a pas le pouvoir de révoquer le premier ministre qui est issu de la majorité parlementaire.
    3.Dans l’hypothèse où le gouvernement Ilunkamaba Tom ait finalement et au cas où le président nomme un informateur et que ce dernier n’arrive pas à identifier la majorité parlementaire au sein de l’Assemblée nationale, nous allons tout droit vers une cohabitation,ce qui revient à dire que le parti présidentiel n’aura aucun ministre au gouvernement, le gouvernement sera composé essentiellement et à majorité des membres du Fcc, par conséquence le président règnera mais ne gouvernera vraiment pas.
  3. le président a donc une marge de manœuvre réduite, il doit éviter d’aller dans une logique de confrontation…à moins que le besoin pressant de libérer le Congo ne l’envahisse aussi suffisamment,bien sûr que dans cette logique révolutionnaire ,il trouvera beaucoup de partisans mais c’est une autre approche qui ignore le droit et pour laquelle,il faut avoir assurer au préalable ses arrières

Je pense plutôt que le Président de la République peut mettre fin à cette coalition et cette rupture oblige le premier ministre à en tirer toutes les.conséquences sur le plan politique,son gouvernement ayant été un gouvernement de coalition.Dès lors qu’un composante se retire la coalition cesse d’exister et le premier est tenu d’en tirer les conséquences et de remettre sa démission au chef de l’Etat.
Alors,à partir du moment où la démission est acceptée,le chef de l’Etat a les mains libres conformément à la constitution pour nommer un informateur en vue d’identifier une nouvellemajorité qui peut conduire les affaires de l »Etat.
Rien ne garantit que cette majorité sera la même et toujours au profit du Fcc,connaissant bien la mobilité des hommes politiques congolais.
Ensemble pour un autre Congo dans une nouvelle Afrique.Me FK

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :